mardi 1 juillet 2014

French Review/Chronique Française de:

VOCIFERIAN "Iscariot Gospel"


War Black Metal

France

High limited edition Pro-Tape
Autoproduction
2014

VOCIFERIAN, projet solo de Champagne-Ardennes endurci de la gâchette évoluant dans un registre où armes bactériologiques et boucs djihadistes ne font qu’un, perpétue les sorties avec 4 albums à son actif acheminés par son lot de démos, split et EP’s. De Morbid Moon Productions, à Warhemic en passant par Obskure Sombre Rec, le géniteur “Lord Genocide" a choisi l’émancipation avec une tape-compilation de l’ensemble des EP réunis, celle-ci donc sortie en début de cette année (l’aspect subversif du retard, j’adore)….

Comme précisé dans ma “mise-en-bouche” (keussédégueulasse), VOCIFERIAN ne flirte pas avec les ateliers de couture organisés par Neige d’ALCEST (qui ce dernier s’y connaît bien mieux en “mise-en-bouche”). Non, là cette compilation structurée par ordre croissant démarre sur un premier split avec GOATHOLOCAUST qui s’avère être une éruption volcanique écrasante et surchargée en basses avec un ensemble bien rampant sur le plan sonore, accompagné par des rythmes plutôt diversifiés. Sur le plan du riffing la marque de fabrique est inscrite au fer rouge, vacillant entre des lignes guitares à la WARGOATCULT et LORD PAYMON, c’est le chaos total qui est illustré.

Puis si sur l’organigramme rythmique ce dernier split laissait un peu de répit, laissez-moi vous dire que le EP qui suit, “Universal Hate Decades Ultimatum”, est une véritable boucherie ! De blast-beats, on passe de d-beat en passages martelants et lourds à la ARCHGOAT, mais sans que ça fixe un ensemble “linéaire”, les structures ne s’écroulent jamais et la rapidité est chef d’orchestre. Oui, des guitares plus orientées BM traditionnel me rappelant des classiques européens comme BESTIAL SUMMONING. La piste “Esse Dyaboli Et Infecta Et Inficiencia Animas" m’a beaucoup surpris, et dans le bon sens, car elle débute sur des chants clairs façon liturgiques et reste sur une rythmique continuelle down-tempo, un ritualisme très réussi ! L’ensemble sonore de l’enregistrement est toujours aussi Raw, mais cette fois-ci avec une lisibilité évidente et un caractère plus personnel. Seul détail quelque peu hors-mixage, c’est le chant, que j’aurais bien vu en retrait, noyé dans l’ensemble abrasif des guitares.

Passons à l’année 2009 avec son opus “Glorificia Bestialis" et son EP "On Angelbones Blood Altarized" qui à lui seul redéfinit la douleur d’un tétraplégique qui te refait le rectum avec du verre pilé…pas forcément long, avec ses titres d’une moyenne de deux minutes, mais "painful". Je n’ai pas le privilège de connaitre l’entière Bible Vociférienne, mais on pourra je pense classer cet EP de plus violent enregistrement de la discographie. Descentes de toms dans les roulements puis blast-beats continuels avec fracas de cymbales / crash qui explosent dans tous les sens, il n’y a pas à dire, c’est la guerre. Un reproche qui me paraît évidente est ceci dit l’aspect peut-être trop synthétique de la batterie électronique. Les riffs eux restent "bestiaux" et primitifs, frénétiques et infernaux, pas question d’y insérer de la technicité quand on fait dans l’arme de destruction massive ! Cet EP m’inspire très clairement la partie NECROHOLOCAUST dans le split avec DEIPHAGO, tout aussi DIY et chaotique, tout aussi “rouleau compresseur” en fait !

Passons à un enregistrement plus récent sorti via Warhemic Prod (ANAL VOMIT / CRYFEMAL / BLACK ANGEL / OBEISANCE) qui présente deux titres minimalistes et uppercut aussi bien l’un que l’autre. Partant sur la même nomenclature que l’EP de 2009, il s’agira là de blast-beats sans concessions martelés avec la déflagration de riffs de Black plus typés old school, avec quelques relents Thrashy cette fois-ci. Les deux titres sont menés par une voix plus marquée et colossale que les titres précédents, bénéficiaires d’un son plus distingué et homogène.

Une compilation qui s’achève comme elle a commencé, radicalement ! Donc une sortie destinée à tout adorateur du Maître Bouc qui permet la découverte de l’essentiel du projet, et grouillez-vous, les exemplaires sont limités.

C. Neomalthusian

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire